Rando Monts du Beaujolais 2011
montevideo

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Rando Monts du Beaujolais 2011

Par montevideo - 25-09-2011 12:03:07 - 3 commentaires

Voilà plusieurs années que l’on envisageait avec mon frère, de partir enfin, faire une randonnée sur plusieurs jours.

Nous randonnons régulièrement à la journée voire sur deux jours mais à chaque fois en boucle pour au plus 15 kms.

Nous avons décidé, un peu par hasard, de faire une des « idées rando » proposées par le site internet de la FFRANDO.

Destination : Les Monts du Beaujolais, région que ni l’un ni l’autre ne connaissons sans grande difficulté a priori et suggéré sur 6 jours que nous avons décidé de faire en 5 jours pour deux raisons : la difficulté de trouver des hébergements pour respecter le programme des étapes en jours et également la distance que nous avons trouvé assez courte entre les étapes proposées.

Une randonnée sur plusieurs jours même sans bivouac nécessite une logistique plus poussée que pour une randonnée d’un jour ou deux en boucle.

Premier constat : pas évident de trouver, à l’avance, des hébergements pour chaque étape même si finalement j’arriverai à trouver un toit pour chaque étape (hôtel puis chambre d’hôtes deux soirs et enfin petit chalet dans un camping)

Deuxième constat : on a prévu, par précaution, un sac assez gros et qui au départ sera vraiment trop lourd.

On s’aperçoit rapidement qu’il faut limiter le poids de tout ce que l’on emporte : vêtements, alimentation, popote …

Nous avons sans doute pris des choses dont on aurait pu se passer pour une randonnée finalement assez courte, faites dans de bonnes conditions météo et sans bivouac, mais pour une première on a préféré être à l’aise et en profiter pour faire un essai pour de futures randonnées.

A posteriori, mis à part quelques changes pas utilisées, je pense que l’on avait de quoi tenir pour 7 jours voire plus expérience qui nous sera sans doute utile à l’avenir.

Au final, le seul bémol concerne l’eau puisque que lors des deux plus longues étapes on a été un peu juste. Il n’y avait très peu voire certains jours pas du tout de point de ravitaillement possible en eau lors du parcours en dehors des étapes du matin et du soir.

Nous voilà donc partis en train, mercredi 7 septembre 2011 , de Marseille via Lyon, Mâcon Ville et finalement Mâcon – Loché TGV.

Lors du choix de cette randonnée, je pensais que Mâcon TGV était accessible directement depuis Marseille ce qui n’est pas le cas puisque la ligne fait Paris-Genève.

Nous faisons donc une étape à Lyon puis à Mâcon Ville avant de rejoindre en bus Mâcon Loché TGV, le parcours assez compliqué pris par le bus pour rejoindre le point de départ nous ne fait pas regretter de ne pas avoir fait une fastidieuse pré-étape Mâcon Centre – Mâcon TGV que nous avions un temps envisagé.

Première étape Mâcon Loché TGV – Cenves (Rhône)

Nous commençons notre première étape de la gare TGV vers 11 heures 30 et c’est vrai que les premiers pas dans un parking ne sont pas folichons mais rapidement nous arrivons en vue de Loché où les vendanges sont en cours.




Le parcours du GR76A, qui permet depuis 2010 de relier Macon au plus connu GR7 (l’un des Chemins de Saint Jacques de Compostelle) chemine dans les vignobles avant de commencer à monter sur les Monts du Beaujolais.

Nous profitons de ce paysage de vignobles en sachant que nous allons assez vite le quitter pour un parcours plus forestier (le département du Rhône étant le département le plus forestier de France ce qui de prime abord peut surprendre mais que nous comprendrons facilement au vu des forêts traversées les jours suivants).



Le parcours monte assez rapidement après Loché comme le montrera mon GPS.

Nous faisons une pause déjeuner au Chasselas dans les vignobles réputés du Bourgogne « Saint Véran » puisque nous sommes dans le Beaujolais « noble », il est 13 heures et nous avons fait 6 kms en 1 h 30, la route est encore longue.



Nous ne perdons pas trop de temps car depuis le départ le ciel est couvert et que la pluie est prévue en fin d’après-midi.

Après la pause déjeuner nous croisons des vendangeurs qui viennent vendanger une parcelle alors que depuis le matin nous n’avions vu que des machines et une vendange mécanique.

C’est une constante de la randonnée, a fortiori, quand on randonne sur plusieurs jours et du matin au soir : le randonneur coupé du monde croise des travailleurs (vendangeurs, agriculteurs, forestiers, éleveurs …) ce qui donne encore plus le sentiment d’être en dehors du monde, sur sa propre route.

Nous faisons vers 13 heures la seule erreur de parcours de la randonnée en allant tout droit alors que nous aurions du prendre sur notre droite, la faute moins au balisage qu’à un peu d’inattention, après quelques tergiversations et avoir sortie la carte nous revenons à la dernière marque du GR ( ce qu’il faut toujours faire mais ce qu’on oublie toujours) et nous reprenons notre route.

Le sentier devient plus forestier et monte toujours avec au passage une vue sur la fameuse Roche de Solutré .

Nous arrivons finalement à l’entrée de la Grange du Bois avant de poursuivre vers Cenves.

Le temps de plus en plus menaçant vire à la bruine avant qu’il ne pleuve franchement.

C’est l’occasion de sortir la cape de pluie et de protéger le sac à dos, une grande première pour les méditerranéens que nous sommes qui en 10 ans de randonnée avons du avoir deux ou trois fois pas plus la pluie pendant que l’on marchait.

Finalement, la pluie ne durera pas plus d’une heure ce qui nous confirme que marcher sous la pluie ce n’est pas terrible et qu’il faut vraiment être bien protégé pour ralentir, car je ne pense pas qu’on puisse totalement les éliminer, les conséquences de la pluie sur ce que l’on porte (vêtements et sac à dos).

La pluie s'arrête, on traverse un petit plateau où l'on commence à rencontrer quelques vaches mais pas encore de chèvres alors que le village de Cenves et pourtant réputé pour son fromage de chèvre.



Après une descente éprouvante pour les jambes sur un sentier pentu et encombré de pierres glissantes, nous arrivons au bas de Cenves, une dernière montée raide nous attend parvenir dans le village et trouver sans difficulté notre modeste hôtel vu que c'est le seul du village et qu'il est situé dans la rue principale.



Arrivée à 17 h 15 - Bilan de cette première étape 17,5 kms en 4h21.

Deuxième étape Cenves - Monsols (Rhône)

Départ de bonne heure dès 8 heures pour une première montée agréable dans les châtaigniers.

La première partie du parcours jusqu'au village d'Ouroux est agréable, dans les champs avec une vue assez dégagée.



 

Après une descente, qui confirme que nous marchons sur les hauteurs et que les villages traversés ou les étapes sont dans la plaine.

Nous arrivons à 10 heures à Ouroux alors que la cloche sonne.

Nous faisons quelques courses pour midi dans une minuscule épicerie.



N'ayant pas pris de petit-déjeuner pour partir plus tôt, nous essayons notre réchaud et notre popote pour boire un café et manger quelques gâteaux à la sortie d'Ouroux.

Ce ne sera pas de reste pour surmonter les quelques montées qui nous attendent.

Nous faisons une pause déjeuner au bord d’un chemin près d'un panneau nous indiquant que nous somme au Grand Sapin de Berre, il est 11 heures 47 nous avons fait 12 kms en 2 heures 54.

Le ciel est bleu et que le soleil brille en ayant bien avancé sur notre itinéraire : que du bonheur ! avant de repartir en direction du Col de la Crie.



Arrivés au Col de la Crie, à 13 heures 30 (15kms en 3h35), nous repérons la suite du GR que nous poursuivrons le lendemain et nous descendons, comme chaque jour pour rejoindre notre hébergement, vers Monsols.



Notre chambre d'hôte (le Gite des Humberts) est à l'extérieur du village et les derniers kilomètres, par la route, nous semblent assez long et nous inquiètent un peu car nous pensions qu'il faudra les refaire dans l'autre sens pour retrouver le GR.

Finalement ce ne sera pas le cas, un examen de la carte IGN nous permettra le lendemain d'écourter la remontée vers le GR par un chemin de traverse qui nous mènera au cœur du village en une vingtaine de minutes.

Nous profitons de la quiétude de notre chambre d'hôtes pour nous reposer avant d'apprécier l'accueil impeccable de la propriétaire du gite avec nous prendrons notre diner : au menu spécialités lyonnaises : quenelles et saucisson cuit.

Bilan de cette deuxième étape 20,92 kms en 4h45.

Troisième étape Monsols – Poules les Echarmeaux (Rhône)

Nous partons de bonne heure pour cette étape qui est plus longue que celle de la veille.

Retour sur le GR au Col de la Crie à 8 heures 40 où l’activité forestière est toujours omniprésente.

Le parcours du GR76 contourne le Mont Saint Rigaud (1.062 m), point culminant du Rhône.

Le temps est humide et le sommet du Mont restera tout le long dans une épaisse brume.



Nous rejoindrons le GR7 juste au pied du sommet du Mont après 10 kms de marche en 2h25, nous ne montons pas vers le sommet embrumé puisque notre parcours en fait tout le contournement ou presque.

Après cette longue montée dans un paysage forestier assez brumeux, la descente s’effectue en direction du sud avec un peu plus de soleil dans un premier temps avant que nous nous enfoncions encore dans les bois parfois sombres.

Après une quelques kilomètres dans les bois où nous cherchons en vain un endroit dégagé pour déjeuner, Nous arrivons à la Croix d'Ajoux vers 11 heures 30 (14,23 kms en 3h32).

Nous déjeunons de steak hachés qui nous changent des éternels sandwichs du midi.



C’est l’occasion d’évoquer ces nombreuses croix qui ont jalonnées notre route, le topo-guide nous rappelle que la région est restée très attachée à la religion et que chaque village voire certains particuliers ont souhaité matérialisé leur foi par ces croix.

Ces croix sont anciennes, ou au contraire très récentes (une de 2011), en pierre ou en fer, certaines avec des noms évocateurs (Croix de Fer, Croix de la Moule, Croix du Serment, Croix des Fourches).

Après quelques montées raides, petite pause à proximité du GR pour découvrir la Roche d’Ajoux (il est alors 13 heures – 15,25 kms en 3h58).

Le GR étant essentiellement en forêt, les lieux qui sortent de l’ordinaire sont assez rares, et le cadre des Roches est sympathique, il nous permet d’avoir un large panorama.



Nous poursuivons par une descente pour arriver au Col des Echarmeaux à 14 heures (18,33 kms en 4h47) où le contraste est saisissant entre la quiétude de la forêt que l’on vient à peine de quitter et la circulation routière au col où quatre routes se croisent.

Nous avons fait le plus dur et heureusement parce que la fatigue commence à se faire sentir.

Nous continuons un peu sur le GR, croisant au passage la Vierge dominant le Col, avant de le quitter pour rejoindre Poule les Echarmeaux et notre chambre d’hôtes, la Cime Beaujolaise, dans le village.

Nous suivons un joli chemin en descente balisé de fleurs avant d’atteindre le plan d’eau de Poule les Echarmeaux, réservé à la pèche, qui est un véritable havre de quiétude où seuls quelques canards troublent une pause bien méritée.

Soirée sympathique à la table d’hôtes où nous voyons du monde après notre marche solitaire et un repas reconstituant même s’il ressemble comme un frère à celui de la veille avec pour la deuxième fois menu spécialités lyonnaises : quenelles et saucisson cuit.

 

Bilan de cette troisième étape 22,58 kms en 5h50.

Quatrième étape Poules les Echarmeaux - Cublize (Rhône)

Départ toujours de bonne heure vers 8 heures en prévision de la plus longue étape de notre route dont la longueur m’inquiétait au départ mais que nous abordons bille en tête, étant assez optimistes au vu de notre allure depuis le départ y compris et surtout dans les multiples et raides montées qui font que l’on est toujours plus rapide que les prévisions du topo-guide.

Le GR suit de larges chemins forestiers pas désagréables et un panneau nous rappelle que le chemin est une voie classique et qu’il suit également la ligne de partage des eaux.



 

Le travail forestier se rappelle de temps à autre à notre souvenir.



Pause déjeuner au Col de la Cambuse à midi (17,85 kms en 4h05).


Il ne reste plus grand-chose à faire sur le GR mais nous savons que la sempiternelle descente de fin de parcours sur Cublize et le Lac des Sapins sera longue pour atteindre le petit chalet loué au camping du Lac.

Arrivée au lieu-dit Le Cerisier où nous quittions le GR (13 heures 45 – 19,92 kms en 4h34).

La descente est longue et raide, ce qui nous laisse augurer une rude remontée pour le lendemain, longueur et raideur accentuées par le soleil qui tape.

La descente nous permet toutefois d'avoir un aperçu des fermes de la région et le paysage nous change des bois de la ligne de crête.



Nous arrivons finalement à Cublize, petite ville assez active, où nous faisons quelques courses avant d’atteindre finalement le Lac des Sapins, très fréquenté.



Bilan de cette quatrième étape 24 kms en 5h30.

Cinquième étape Cublize – Amplepuis (Rhône)

Dernière étape pour arriver au point ultime de notre route : la Gare d’Amplepuis qui nous ramènera vers Lyon puis Marseille en fin d’après-midi.

Retour sur le GR après une rude montée qui se présente heureusement en début de journée et première présence de chasseur avec flottant orange (Il est 9h40 – 4,19 kms en 55 mn).

C’est dimanche et le jour de l’ouverture de la chasse, pour notre dernier jour nous croisons donc pas mal de monde : chasseurs, motards et joggeurs.

Nouveau rappel : le chemin suit bien ligne de partage des eaux et encore présence du travail forestier au Col du Pilon (11 heures 46 – 12,50 kms en 3h).



Dernier déjeuner dans la nature, nous nous attardons pas vu que l’orage est annoncé et que le temps est vraiment changeant.

Nous quittons une dernière fois le GR au Giraudon pour descendre sur Amplepuis, ville où a été créée la machin à coudre moderne, que nous traversons avant d’attendre notre train.



Bilan de cette cinquième étape 22,58 kms en 5h50.

Difficile de résumer en quelques lignes et photos cinq jours de marche mais je peux dire que le bilan de ces quelques jours de randonnées est plus que positif, pour une première expérience, nous n’avons qu’une envie celle de recommencer au plus vite sur une semaine entière si possible dès le printemps.





 

Billet précédent: Le Jardin de Magalone (Marseille) - le dimanche 4 septembre 2011-
Billet suivant: Réflexions nominatives

3 commentaires

Commentaire de RogerRunner13 posté le 25-09-2011 à 18:41:56

Belle randonnée que tu as fait là..... et puis l'éternel problème du sac à dos, mais avec l'habitude tu sauras ce qui n'est pas indispensable, surtout pour un court séjour.

Commentaire de domi81 posté le 26-09-2011 à 05:59:41

merci de faire partager cette rando et ce moment de complicité entre frangins.
au plaisir.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 26-09-2011 à 19:48:06

Pourquoi voyager loin quand on voit ces richesses à portée de pied...

C'est simple et beau.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 21051 visites